Politique de mobilité durable : Une première rencontre de travail productive

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Politique de mobilité durable

Une première rencontre de travail productive

Montréal, le 14 juin 2017 – Vendredi dernier, TRANSIT, l’Alliance pour le financement des transports collectifs, a participé avec beaucoup d’enthousiasme à la première rencontre de travail sur la future politique de mobilité durable qui sera déposée au printemps prochain et qui couvrira tous les secteurs du transport, à la fois des personnes et des marchandises. L’Alliance salue d’emblée l’ouverture du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification (MTMDET) et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) à faire de cette politique un projet ambitieux et cohérent avec les engagements du Québec en matière de climat, d’énergie, de santé publique et d’aménagement du territoire.

Quelques membres et partenaires de l’Alliance TRANSIT ayant participé à la rencontre de travail

En ce sens, le MTMDET a annoncé qu’il veillera à l’arrimage de la politique de mobilité durable avec les autres politiques gouvernementales, dont notamment :

  • le Plan d’action en électrification des transports;
  • la Politique énergétique;
  • la Stratégie maritime;
  • le Plan d’action sur les changements climatiques;
  • les orientations en aménagement du territoire.

II apparaît évident que l’élaboration de cette vision d’avenir pour la mobilité devra également se réaliser en collaboration avec les responsables de la politique de prévention en santé et de la stratégie numérique.

 

Des cibles ambitieuses

Maintenant que la table est mise pour l’élaboration de la Politique, le gouvernement devra se fixer des cibles proportionnelles aux objectifs ambitieux que le gouvernement s’est déjà donnés, dont la réduction de 37,5% des gaz à effet de serre d’ici 2030 et de 40% des produits pétroliers consommés. Une cible de diminution des GES spécifiques aux transports et une cible d’augmentation de la part modale des alternatives à l’automobile individuelle seront nécessaires. TRANSIT fera bientôt connaître ses recommandations à cet égard.

 

Rééquilibrer et rehausser les investissements en faveur de la mobilité durable

Au cours de l’atelier, les membres de l’Alliance TRANSIT ont présenté deux grands défis auxquels le MTMDET devra faire face afin de faire de cette politique un succès. Il devra (1) rééquilibrer les investissements prévus au Plan québécois des infrastructures, afin que rapidement, une majorité des fonds servent se dirigent en mobilité durable. À ce jour, le ratio est à environ 70% vers le réseau routier et 30% en transport collectif, alors qu’en Ontario, c’est l’inverse. Pour ce faire, il faudra (2) rehausser le cadre financier actuel. En effet, sur 10 ans, l’Ontario prévoit investir près de 5 fois plus par habitant que le Québec afin de développer ses infrastructures de transport en commun.

 

Concrétiser la politique de mobilité durable dans les choix d’infrastructures

Un autre impératif pour le MTMDET sera celui de la cohérence des investissements afin que les modes alternatifs à l’automobile soient systématiquement intégrés dans les grands projets. Rappelons que les principales infrastructures dédiées à la mobilité durable ont disparu dans le projet Turcot, plus grand chantier transport du Québec, ce qui revient à une dépense de 3,7 G$ sans qu’on encourage un changement des modes de transport.

 

Des données pour voir clair

Enfin, le manque flagrant de données disponibles pour l’ensemble des secteurs semble faire l’unanimité parmi les partenaires du domaine des transports. Afin de bien planifier l’avenir de la mobilité sur l’ensemble du territoire du Québec, le MTMDET devra en réaliser un portrait beaucoup plus exhaustif et accessible à tous, qu’il mettra à jour afin d’évaluer les progrès réalisés.

-30-

À propos

La mission de TRANSIT est de favoriser le développement et l’amélioration des services de transports collectifs au Québec, en s’assurant qu’ils reçoivent le financement nécessaire pour permettre au plus grand nombre possible de citoyens d’en bénéficier. Depuis sa création en août 2011, TRANSIT publie des rapports d’analyse et fait état de plusieurs recommandations pour pallier la crise des transports et aider le gouvernement et les organisations de transports collectifs à atteindre leurs objectifs d’achalandage d’ici 2020.

 

Source

Samuel Pagé-Plouffe, coordonnateur

Cell : 514.714.6762

info@transitquebec.org